la Grande Nuit

 


Titre : la Grande Nuit


Parution :  7 Novembre 2013


Les mots : Gislaine Ariey


Les images & la mise en page : Audrey Garnier


Edité : à compte d’éditeur


Par : Hélène Grosso / Editions Encres de Siagne

Ce qu’ils/elles en disent...


J'ai lu hier soir La Grande Nuit, qui m'a beaucoup plu. Cette façon de revisiter le conte oriental avec une langue si poétique, et un contenu fort moderne, est étonnante. Et les illustrations se marient parfaitement à ton texte, c'est très beau. Donc bravo !

Eric



Très bel album à quatre mains où la douceur et la poésie des dessins se lient avec la prose ciselée et musicale comme un chant à la lumière d'une grande nuit telle la vie :  belle et cruelle.

M.Pierre


Nuits illuminées, « La Grande Nuit »,  dans un vaste tissage de voix, de résonances en échos, de silhouettes, une trame délicate explosant comme un chant, comme un poème dansant dont la toile s’étend et n’épargne pas l’accroc… Lecture presque du bout des doigts, cette envie de frôler les graphismes de matières et les mots enlacés, de porter les rires et le message; une histoire qui imprègne, ancrée, finement, et les yeux dans les yeux.

S.

Merci pour " La grande nuit"!

C'est du" bel ouvrage", et c'est pour cela qu'il faut le lire et le relire pour l'apprécier, le déguster, découvrir ce qu'on avait pas saisi aux premiers abords.

Les mots ciselés sont sucés comme des cailloux.

On lit et l'imagination s'emporte vers des contrées lointaines, mais on est vite rappelé à l'ordre pour continuer le récit, par quel stratagème? sûrement un philtre de l'auteur. C'est comme une danse de mots qui pénètre le corps et qui fait du bien, on est sur la plage au dessous de la nuit et l'aveugle nous dit "dans le sablier des secrets chaque grain est muet".

Puis le récit s'allège, on rentre dans la lumière. Il y a tout au long du livre un balancement entre l'obscurité et la lumière, entre le masculin et le féminin.

Je trouve la chute extraordinaire.

Les dessins épurés dans les couleurs chaudes et profondes traduisent bien l'ambiance. Ils font croire à un album facile à lire, mais c'est un simple petit  jeu  de l'auteur avec le lecteur. C'est souvent la simplicité qui permet de parler  des choses les plus profondes.

                           Christine



J'ai eu plaisir à parcourir  "la Grande Nuit", je l'ai ressenti comme un conte qui en appelle à savoir s'arrêter, prendre le temps  de laisser la vie advenir.

Laisser la place à tous ces gens simples,  tous si créateurs,  donneurs de sens à tant d'évènements féériques.

Les actes vécus s'enchainent et nous construisent.


Marcel













En dédicace à Saint-Paul de Vence - 06